bi

Plagiocéphalie : la HAS prépare des documents d'information

Share
Plagiocéphalie : la HAS prépare des documents d'information

"Les mères se retrouvent face à un chantage éhonté et se disent que si quelque chose arrive à leur bébé ça sera de leur faute", regrette le spécialiste, qui qualifie le "syndrome de la tête plate" de "problème sanitaire global". En France, l'association "Le Lien" a saisi la Haute Autorité de Santé (HAS) pour prévenir de la recrudescence des têtes plates chez les nourrissons.

Au delà des considérations purement esthétiques, "un arrière crâne aplati ou oblique ouvre à des problèmes maxillaires, de déformation de la mâchoire (.) ou à de futures scolioses ou problème vertébraux", expliquait en avril à l'Express, le pédiatre Thierry Marck.

Dans les prochains mois, elle va publier deux notes d'information; "une fiche mémo destinée aux professionnels de santé (et) un document d'information destiné au public", a-t-elle annoncé le à la fin du mois du mois de juin dernier.

Depuis une vingtaine d'années, les autorités de santé recommandent de coucher les bébés sur le dos et non plus sur le ventre pour éviter les risques de mort par étouffement.

Une gynécologue prend en charge un accouchement avant de s'occuper du sien
N'écoutant que son courage, Amanda Hess se lève de son lit d'hôpital et accourt pour aider la patiente et sauver l'enfant . Le médecin de garde n'étant pas sur place, le Docteur Hess est alors intervenue.

A l'origine de l'élaboration de cette prévention, "une augmentation de la fréquence d'asymétrie crânienne, également nommée plagiocéphalie".

L'organisme se penche sur le sujet à la demande d'une association, le LIEN, qui a utilisé une nouvelle procédure appelée " droit d'alerte ".

Du côté de l'association, on se félicite de cette première réussite, mais la vice-présidente Claude Rambaud n'a pas l'intention de se contenter des seules précautions que préconisera la HAS. Or, le crâne des tout-petits, dont les os ne sont pas encore soudés entre eux, est malléable et peut facilement se déformer "sous l'effet d'une pression postérieure". De son côté, l'Association nationale des centres référents sur la mort inattendue du nourrisson (Ancremin) s'inquiète que les craintes liées à la plagiocéphalie ne remette en cause le couchage sur le dos, précise l'AFP. Selon elle, leur couchage sur le dos serait en partie responsable de cette malformation.

Selon les professionnels de santé, la plagiocéphalie est due "avant tout au fait que le bébé soit empêché de varier ses postures et ne soit pas libre de sa motricité", notamment s'il est installé pour de longues durées dans des sièges normalement destinés au transport en voiture.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.