bi

Militaires renversés à Levallois-Perret : Le suspect toujours hospitalisé

Share
Militaires renversés à Levallois-Perret : Le suspect toujours hospitalisé

Tôt hier matin, la voiture a percuté six soldats de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

"Nous savons que c'est un acte délibéré, ce n'est pas un acte accidentel "a affirmé à son tour le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb (ex-PS). Rien ne permet pour l'heure d'affirmer que l'homme était en contact avec des jihadistes".

Après l'attaque, le conducteur a pris la fuite à bord de son véhicule, une berline allemande de location de couleur noire. En riposte, les policiers ont tiré sur lui à plusieurs reprises, le blessant avant de le capturer. A seulement 10 km de Levallois Perret. Il a même suggéré plus tard dans une interview au Parisien que les terroristes voulaient attaquer la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), dont le siège est à Levallois. Plusieurs de ses proches ont été entendus en qualité de témoins. Les trois autres sont à l'hôpital militaire Percy à Clamart (Hauts-de-Seine). L'avant-dernière attaque remonte à seulement samedi dernier.

Capcom date le remaster de Dragon's Dogma : Dark Arisen
Le 3 octobre prochain , les joueurs pourront donc se procurer Dragon's Dogma avec son extension Dark Arisen . C'est VOTRE aventure, dans un cadre fantastique, et celle des trois compagnons dirigés par l'ordinateur.

Un avis que ne partage pas le colonel à la retraite Michel Goya, qui dénonce ce qu'il appelle " le piège de l'opération Sentinelle ".

En dehors de la sécurisation d'une rue de Paris le soir des attentats du Bataclan, en novembre 2015, il n'y a aucun exemple au cours que ces soldats soient intervenus pour protéger autre chose qu'eux-mêmes, déclare à l'AFP le chercheur Élie Tenenbaum, auteur d'un rapport intitulé La sentinelle égarée? "Ils sont passés de gardes statiques à des patrouilles plus dynamiques, mais ils demeurent des cibles". Selon l'enquête du chercheur, les militaires en faction et en patrouille en Île-de-France subissent, en moyenne, cinq agressions quotidiennes, la plupart du temps verbales, mais parfois physiques, depuis les attentats de Charlie Hebdo, en janvier 2015. La controverse ne laisse pas le gouvernement de marbre. L'opération " Sentinelle " restera en place "tant qu'elle sera utile à la protection des Français", a indiqué la ministre Florence Parly, mais elle ajoute qu'elle sera prochainement adaptée "pour s'inscrire dans la durée". À rappeler qu'en juillet dernier, le Président français avait annoncé que l'opération "Sentinelle" allait être revue "en profondeur afin d'avoir une plus grande efficacité opérationnelle et de prendre en compte l'effectivité et l'évolution de la menace".

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.