bi

Les confidences de son bienfaiteur — Murielle Bolle

Share
Les confidences de son bienfaiteur — Murielle Bolle

La libération de Murielle Bolle est assortie d'un strict contrôle judiciaire. Quelque part dans la Nièvre.

"Elle est arrivée vendredi, dans une BMW conduite par son fils", confie au Parisien le retraité qui a accepté d'héberger Murielle Bolle. Pour des raisons de discrétion, je leur ai permis de la garer dans un de mes garages, dont l'ouverture est actionnée par une télécommande.

"Croyez bien que je ne lui demande rien". L'homme, un élu local, qui lui a offert son toit, se "fait un devoir de lui remonter un moral en berne, en lui achetant notamment "des écrevisses, son plat favori, préparés à la sauce américaine, de chez mon ami restaurateur à Anost (Saône-et-Loire)", selon le quotidien régional. Je suis aussi allé lui chercher des brioches et un paris-brest à la boulangerie". Bien entendu, comme tout le monde, j'ai vécu avec l'affaire, avec intensité même, suivant chacun de ses rebondissements. Trente-deux ans que cela dure! "Le juge Simon l'avait bien souligné", explique-t-il. Ancien élu et entrepreneur, il a déjà créé une maison d'accueil pour les enfants. Au Parisien, l'homme dit avoir exercer de nombreux métiers, qui l'ont conduit à prétendre connaître l'administration et les gens.

Même sans club, Zlatan Ibrahimovic continue sa préparation
Il est blessé, il a besoin de temps pour récupérer, il n'est pas prêt pour jouer, a expliqué le Special One devant les journalistes.

"Pour moi, Murielle est victime d'injustice de la vie, répond le septuagénaire, interrogé sur ses motivations. Cela m'a semblé tout à fait naturel de lui proposer cette solution d'attente". Alors quand j'ai appris que même l'église avait refusé de l'héberger, moi qui ne suis pas l'abbé Pierre, je me suis posé des questions. C'était un acte d'humanité. "Je n'ai pas honte, prévient-il d'emblée". "Si on voit son visage à la télévision, elle retourne en prison", avait précisé Me Jean-Paul Teissonnière, l'un de ses avocats. A l'époque, elle avait accusé son beau-frère, Bernard Laroche, du rapt du garçon de 4 ans retrouvé mort dans la Vologne, dans les Vosges, avant de se rétracter.

Pour l'instant, Murielle Bolle doit pointer deux fois par semaine à la brigade de la gendarmerie locale.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.