bi

Affaire Grégory Villemin: confrontation stérile entre Murielle Bolle et son cousin

Share
Affaire Grégory Villemin: confrontation stérile entre Murielle Bolle et son cousin

C'est à partir de 14h que va se dérouler au palais de justice de Dijon (Côte-d'Or) une confrontation capitale dans l'affaire Grégory entre Murielle Bolle et son cousin.

"Les deux discours ne concordent pas".

Si les enquêteurs considéraient déjà que Murielle Bolle avait été "malmenée" par sa famille, le cousin ajoute un détail nouveau: il aurait reçu ce soir-là les confidences de sa cousine, lui avouant avoir bel et bien assisté à l'enlèvement et que Bernard Laroche aurait remis l'enfant à deux personnes. Néanmoins, le témoin a paru crédible au procureur général de Dijon. Bernard Laroche avait été arrêté mais Murielle Bolle était revenue sur ses déclarations peu après. "Les gendarmes poursuivent les investigations" et "d'autres auditions vont avoir lieu", a-t-il promis lors d'une courte conférence de presse. Muriel Bolle dit ne pas connaître ce parent, et surtout continue d'affirmer ne pas avoir été frappée au visage par sa famille - ce que dit son cousin -, un argument qui ne tient pas pour Maîtres Ballorin et Tessonnière, les avocats de Muriel Bolle: "Le 5 novembre, elle est vue par le juge Lambert, le 6 novembre, elle est vue par le juge Lambert, le 7 novembre elle passe à la télé en gros plan sur France 2, si il y avait eu les traces de coups qu'on lui décrit, bien sûr, on les aurait vus", affirme Maître Tessonnière.

Cette rétractation éclair est au coeur des investigations.

Elle meurt un an après avoir ingéré une pile au lithium — Isère
Ils se demandent si les choses auraient été différentes, si l'objet avait été détecté dès leur premier passage aux urgences. Mais l'état de la petite fille empire, une nouvelle radio est demandée et la pile est finalement détectée.

Le cousin a décrit aux gendarmes "une scène insoutenable", un "lynchage" de la jeune fille qui "a pris énormément de gifles par les membres de sa famille", selon des extraits de procès-verbaux d'audition publiés par Le Monde.

Murielle Bolle avait été mise en examen le 29 juin pour enlèvement suivi de mort et placée en détention provisoire par la présidente de la chambre de l'instruction, qui instruit le dossier. Ils sont inculpés pour enlèvement et séquestration suivie de mort.

Le 17 juin, alors que l'affaire venait de rebondir avec l'interpellation de Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante du garçonnet retrouvé dans les eaux de la Vologne (Vosges) plus de trente ans plus tôt, Patrick F., père de famille installé en Lorraine, s'est spontanément présenté devant les gendarmes, "dicté" par sa "conscience". Ses avocats ont déposé une demande de remise en liberté, qui sera examinée le 4 août par la chambre de l'instruction.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.