bi

Syrie : la chute des quartiers tenus par les terroristes s'enchaîne à Alep

Share
Syrie : la chute des quartiers tenus par les terroristes s'enchaîne à Alep

L'ONU s'alarmait mardi de la situation "effrayante" à Alep-Est, où des milliers de civils fuient les combats et les bombardements au fur et à mesure de l'avancée des forces du régime syrien face à des rebelles aux abois.

L'offensive du régime a provoqué la mort de plus de 250 civils en près de quinze jours à Alep-Est, selon l'OSDH.

L'armée israélienne a affirmé dimanche avoir tué quatre membres d'un groupe lié à l'organisation djihadiste État islamique (EI) qui avaient attaqué ses hommes dans la partie occupée par Israël du Golan syrien, où les violences de la guerre civile débordent régulièrement. Aucun des soldats n'a été blessé.

Depuis la nuit de samedi à dimanche, plus de 4.000 habitants ont fui Alep-Est, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Nous demandons instamment à tous les belligérants de cesser leurs bombardements aveugles (.) et de laisser entrer l'assistance humanitaire urgente comme l'exige le droit international humanitaire", a déclaré son porte-parole Stéphane Dujarric.

Jusqu'à 6000 civils se sont eux déplacés dans les zones au nord de la ville contrôlées par les Kurdes. Les rebelles ont parallèlement tué au moins 40 civils en bombardant les zones gouvernementales d'Alep-Ouest.

Les rebelles reculaient nettement hier à Alep face aux forces armées syriennes qui espèrent faire rapidement tomber la principale place forte de l'opposition grâce à leurs moyens militaires supérieurs. Il y a un exode massif et le moral est au plus bas, témoigne Ibrahim Abou Laith, porte-parole des Casques blancs, le service de secouristes d'Alep-Est. En perdant un tiers d'Alep-Est, les rebelles essuient " leur plus grand revers depuis 2012", a précisé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Le secteur Est (250'000 habitants) de la ville est totalement asphyxié par un siège imposé depuis quatre mois.

"L'aviation détruit tout méthodiquement, zone par zone", s'est indigné Yasser Al-Youssef, un responsable du groupe rebelle Noureddine al-Zinki, un des principaux d'Alep. C'est la prise de ce quartier qui permettrait au régime de couper définitivement le secteur rebelle en deux, nord et sud.

Lundi, l'armée a également repris les quartiers de Sakhour, Haydariyé et Cheikh Khodr, alors que les forces kurdes se sont emparées du quartier de Cheikh Fares, selon l'OSDH.

La communauté internationale a gardé ces derniers jours le silence sur l'intensification des bombardements mais lundi, le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson a réclamé un "cessez-le feu-immédiat" à Alep.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.