bi

Primaire de la droite : Fillon, grand vainqueur

Share
Primaire de la droite : Fillon, grand vainqueur

Légère hausse de la participation. Les résultats du 2e tour dans les bureaux de vote de la 3e circonscription de l'Orne.

"La victoire me revient et c'est une victoire de fond bâtie sur des convictions", a déclaré en soirée François Fillon devant ses partisans.

Quasiment au même moment à Bordeaux, son adversaire, "outsider" malgré lui après avoir recueilli 28,6% des voix au premier tour, disait n'avoir aucun regret tout en dénonçant une nouvelle fois une "campagne dégueulasse" menée à son égard. L'offensive d'Alain Juppé dans l'entre-deux tours, pas plus que le débat qui a réuni les deux candidats, n'ont rebattu les cartes. Sarkozy dit également avoir "une pensée amicale pour Alain Juppé qui a défendu avec conviction ses idées ". Lorsque l'on se penche sur les 25-34 ans (qui ne représentent que 13 % de l'électorat global de la primaire, plutôt âgé, diplômé et urbain), les chiffres bondissent: 74 % d'entre eux ont décidé de voter et 79 % ont choisi leur candidat dans les 8 derniers jours.

Dans les prochaines semaines, François Fillon entend notamment dévoiler la liste resserrée des ministres de son futur gouvernement.

La victoire de François Fillon est largement saluée par les élus Les Républicains dans l'ex-LR.

" Pour la Russie, François Fillon pourrait être un meilleur allié que Nicolas Sarkozy, que Marine Le Pen et surtout qu'Alain Juppé, sans parler des candidatures encore incompréhensibles des partis de gauche", estime le correspondant à Paris du journal Kommersant, Alexeï Tarkhanov.

À l'UDI, le président de Nîmes Métropole et président de l'UDI 30, Yvan Lachaud, affiche son soutien sans réserve: " Le réformisme et le courage politique l'emportent dans cette Primaire de la droite et du centre.

Les électeurs de Nicolas Sarkozy du 1er tour se sont massivement reportés sur François Fillon au second, à plus de 70 % selon les différentes enquêtes. Pour une majorité des électeurs de la primaire, François Fillon est d'abord celui qui " veut vraiment changer les choses " (50 %, Elabe).

François Fillon a été investi dimanche soir candidat de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017 avec plus de 60% des suffrages, condamnant Alain Juppé à une éclipse prématurée de la scène politique nationale.

"Il n'y a pas de honte à être de droite, et encore moins catholique", dit cette quadragénaire déçue par le quinquennat de Nicolas Sarkozy pour qui elle avait voté en 2007.

Mais pour Frédéric Dabi, la "bonne surprise" Fillon est à nuancer: "la division, la balkanisation, l'implosion de la gauche font qu'en définitive, pour elle, Fillon ou Juppé, ça ne change rien à l'affaire".

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.