bi

Présidentielle en France: la droite rassemblée, la gauche fragmentée

Share
Présidentielle en France: la droite rassemblée, la gauche fragmentée

Sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, lundi en milieu de journée, quelques parlementaires, sac à l'épaule, se dirigent vers l'avion présidentiel affrété à l'occasion du déplacement du premier ministre à Tunis.

Avec 31% d'opinions favorables, la cote de popularité de Manuel Valls est très supérieure à celle de François Hollande (17%), et François Fillon grimpe en tête du classement des personnalités après sa victoire à la primaire, selon un sondage Odoxa publié mercredi.

Au terme d'un week-end de forte tension, un déjeuner entre les deux hommes à l'Elysée avait notamment pour objectif de clarifier la stratégie de la majorité pour 2017, alors que le chef de l'Etat, impopulaire et affaibli, doit annoncer prochainement s'il brigue ou non un second mandat. Et le Premier ministre est semble-t-il rentré dans le rang, excluant de démissionner et d'affronter le président dans une primaire. La crise ouverte par Manuel Valls mi-novembre, qui a atteint son acmé dimanche, a été refermée lundi par François Hollande.

A ceux qui voulaient se faire peur (ou faire peur), il n'y aura pas de "crise institutionnelle " avec la confrontation dans une primaire présidentielle, du président de la République sortant et de son Premier ministre.

Même les sympathisants de gauche, socialistes compris, tiennent Manuel Valls pour le meilleur des deux candidats (65%).

À son retour de Madagascar, François Hollande s'en est tenu au strict agenda politique.

Le Premier ministre a ensuite assuré, en réponse à une autre question, que ses rapports avec François Hollande étaient empreints de " respect, confiance, loyauté, franchise ". Il a émis le souhait de voir un duel de l'éxécutif à la primaire de la gauche.

Investi sur un programme très libéral en économie (500.000 suppressions d'emplois publics, augmentation du temps de travail) et conservateur sur les sujets de société (il est hostile à l'adoption plénière pour les couples homosexuels), il s'affiche désormais en position de force, à cinq mois de la présidentielle. "La droite est en route pour l'alternance".

A ce stade, tous les sondeurs prédisent une élimination de la gauche au premier tour de la présidentielle, et un face à face final entre François Fillon et la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen. S'il veut battre cette dernière, galvanisée par la vague populiste en Europe et aux Etats-Unis, le représentant de la droite va devoir séduire des électeurs du centre, voire de la gauche, estiment des experts.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.