bi

Participation en hausse: La droite française désigne son champion

Share
Participation en hausse: La droite française désigne son champion

Il est partisan d'une thérapie de choc aux accents thatchériens pour "désétatiser" la France. Alain Juppé évincé, la grande majorité des centristes se retrouvent à devoir composer sans le candidat sur lequel ils avaient parié.

A la question de savoir s'il avait des regrets, l'ancien Premier ministre a répondu: "non, je n'ai pas de regrets, j'ai fait une belle campagne, j'ai défendu mes idées jusqu'au bout et ça va marcher (.) attendons ce soir".

Les électeurs se sont pressés dès le petit matin pour participer à cette première primaire jamais organisée par la droite, qui a passionné les Français. À noter que la participation s'est maintenue, avec des chiffres de participation similaires d'un tour sur l'autre: 15 730 votants dans l'Aude, 44 357 dans le Gard, 70 988 dans l'Hérault, 26 794 dans les Pyrénées-Orientales, et 4 578 en Lozère (ces deux derniers départements s'affichant légèrement en baisse, avec 800 et 200 votants en moins respectivement). Devant " les dépenses publiques " (41 %) pour les électeurs de Fillon et " la protection sociale et la santé " (43 %) pour ceux de Juppé. Censées sceller le rassemblement de la droite autour d'un seul homme après des semaines de campagne, ces retrouvailles ont été marquées par une poignée de mains "sans chaleur", note L'Express. Un pourcentage équivalant (51 %) voyait avant tout en Alain Juppé " les qualités nécessaires pour être président ".

Car l'enjeu est majeur.

François Fillon a largement dominé, dimanche 27 novembre, le second tour de la primaire de la droite, avec 66,6 % des voix (sur 98 % des bulletins dépouillés), un score qui devrait peu évoluer.

Le maire de Bordeaux est arrivé loin derrière (28%) alors qu'il avait fait la course en tête pendant des mois dans les sondages. Elle s'attachera aussi à le désigner comme un "clône" de Nicolas Sarkozy, responsable lui aussi du bilan du quinquennat 2007-2012.

Dans sa tribune publiée sur Facebook dimanche soir, François Bayrou appelait François Fillon à éclaircir certaines des propositions de son projet. En une semaine, Fillon aura envoyé à la retraite deux poids lourds de la vie politique française: Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.

"Ce dernier s'est, lui, adressé aux électeurs d'Alain Juppé". Avec une gauche au pouvoir en miettes, cet homme, qui prône en particulier une cure économique de choc, pourrait affronter au second tour de la présidentielle en mai 2017 la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen.

Dans un sondage Opinionway publié vendredi, François Fillon est crédité de 61% des intentions de vote contre 39% pour Alain Juppé.

A gauche, les regards sont tournés vers le président Hollande, englué dans une impopularité record et contesté dans son propre camp.

A Matignon, il se dit que Manuel Valls serait sur le départ de son poste de Premier ministre pour se déclarer à la primaire de la gauche.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.