bi

L'idée d'une administration autonome des rebelles rejetée — Syrie

Share
L'idée d'une administration autonome des rebelles rejetée — Syrie

Staffan De Mistura demande un arrêt des attaques contre les civils. ", terme utilisé par Damas pour désigner rebelles et jihadistes". "On lui a dit qu'on rejetait complètement cette (idée)", a déclaré M. Mouallem à propos du maintien d'une "administration autonome" des rebelles sur les quartiers qu'ils contrôlent à Alep. Le 20, tandis que de violents combats avaient lieu dans les quartiers de Boustane Al-Bacha et de Cheikh Saïd où les forces du régime tentent d'avancer, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) dénombrait 54 morts à Alep-est, pour la plupart des civils, au cours des dernières 24 heures. Le nombre de combattants rebelles tués depuis mardi s?élève à 58, mais celui des jihadistes de Fateh al-Cham reste inconnu. Selon le plan de l'ONU, en contrepartie, les centaines de djihadistes devaient quitter ce secteur, où plus de 250.000 civils vivent assiégés depuis quatre mois.

Le pouvoir syrien poursuit ses violentes frappes sur les quartiers rebelles d'Alep, la grande ville du nord de la Syrie, suscitant la réprobation des Etats-Unis et de l'ONU, dont l'émissaire est attendu dimanche à Damas.

Dans la matinée, des obus tirés par les rebelles se sont abattus sur l'école Saria Hassoun d'Al Farkan, causant la mort de dix personnes dont huit enfants âgés de 6 à 12 ans, selon la télévision publique syrienne et l'OSDH.

Soutenues par d'intenses bombardements aériens, les troupes gouvernementales consolidaient lundi leurs positions après être entrées la veille pour la première fois dans le quartier de Massaken Hanano, dans le nord-est d'Alep, selon l'OSDH.

Dans les quartiers rebelles d'Alep, le correspondant de l'AFP a constaté lundi que les bombardements étaient incessants, avec des bruits d'explosion d'une violence inouïe. "Les Nations unies sont extrêmement attristées et horrifiées par la récente escalade des violences dans plusieurs régions de Syrie" ont déclaré des responsables de l'ONU qui plaident pour un accès immédiat à Alep Est.

Les rares structures encore en mesure de fournir des soins médicaux à Alep-est ont été fortement affectées par les dernières frappes.

Les équipes médicales ont été contraintes d'évacuer le dernier hôpital pédiatrique, transférant dans l'urgence les nouveau-nés vers des lieux plus sûrs. Ils ont tué au moins 27 civils, selon une ONG.

Des militants ont fait circuler des vidéos montrant quatre jeunes enfants d'une même famille tués dans la nuit et gisant, sans vie, sur le sol.

Il a rencontré dimanche le chef de la diplomatie syrienne.

A Bruxelles, le commissaire européen à l'Aide humanitaire, Christos Stylianides, a dénoncé des "violations inacceptables du droit humanitaire international, pouvant représenter des crimes de guerre". "C'est une erreur stratégique", a commenté M. Ayrault en appelant "la communauté internationale à réagir pour stopper le massacre".

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.