bi

Les détenus de Villepinte exhibent cannabis et liasses de billets — "Mannequin Challenge"

Share
Les détenus de Villepinte exhibent cannabis et liasses de billets —

Un mannequin challenge version gangsta rap. Jusqu'aux détenus de la maison d'arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis! Sauf que parmi eux, d'autres détenus se montrent avec un joint de cannabis entre les lèvres ou encore en train de faire du trafic, des liasses de billets dépassant même de la poche d'un détenu. Elle a suscité depuis 2.700 partages et de nombreux commentaires.

Dans cette vidéo, "vous avez tous les clichés de ce qui peut se passer à l'extérieur en toute impunité", explique à France Bleu Philippe Kuhn, délégué régional du syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS). Il y a beaucoup de choses interdites dans cette vidéo. On le voit faire des essayages avant d'aller en promenade? un magnifique survêtement noir et blanc; interviewer ses codétenus sur son style vestimentaire; prendre sa douche; regarder un match de foot sur Canal+ et enfin se livrer à un karaoké sur Balavoine et Indochine, avant d'enchaîner avec une séance d'air guitar. "Ce qu'ils nous disent c'est "on fait ce qu'on veut en prison" a réagi l'un des surveillants de la prison de Villepinte.

Sur ce coup-là pourtant, les prisonniers auraient mieux fait de dissimuler leurs visages. Sitôt diffusé sur les réseaux sociaux, ou presque, le clip déclenchait une fouille des cellules, chez les détenus reconnus. "Des fouilles de cellules ont été entreprises et il y aura des suites judiciaires", indique Philippe Kuhn. Sept personnes sur la vidéo sont en possession d'objets interdits. "Six téléphones portables ont été saisis et des commissions disciplinaires vont avoir lieu", prévient l'administration pénitentiaire, précisant que les sanctions peuvent aller jusqu'à 14 jours de quartier disciplinaire. Les faits ont été immédiatement portés à la connaissance du parquet. L'ensemble des détenus apparaissant sur la vidéo passeront en commission de discipline.

"Ce cas n'est pas une première à la prison de Villepinte, rapporte le surveillant pénitentiaire". Je l'ai signalé plusieurs fois depuis mai à un conseiller du ministre de la Justice. "Quand on voit un détenu avec un plant de cannabis en cellule, j'ai un peu mal. Je trouve ça inquiétant".

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.