bi

L'armée reprend un important quartier rebelle d'Alep — Syrie

Share
L'armée reprend un important quartier rebelle d'Alep — Syrie

L'armée syrienne et ses alliées ont pris samedi le contrôle du quartier de Hanano à Alep-Est après des combats acharnés contre la rébellion, rapportent les deux camps.

Samedi, au moins 18 civils ont été tués dans des attaques du régime et des tirs d'artillerie dans plusieurs quartiers d'Alep-Est.

Ces civils désertaient le nord-est d'Alep, que les troupes de Bachar al-Assad ont totalement repris lundi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La prise d'Alep par le régime "serait un tournant" dans la guerre qui dévaste la Syrie depuis cinq ans et demi, estime Fabrice Balanche, expert de la Syrie au Washington Institute.

La communauté internationale a gardé le silence sur l'évolution des combats de ces derniers jours.

Près de 10.000 d'entre eux ont fui ce week-end, dont 6.000 vers la petite enclave de Cheikh Maqsoud contrôlée par les forces kurdes, et le reste vers les zones gouvernementales, selon l'OSDH.

Au moins 201 civils dont 27 enfants ont été tués dans les douze jours qui ont suivi la reprise des bombardements sur Alep-Est, rapporte l'OSDH, qui a également comptabilisé 134 morts dans les rangs des combattants rebelles.

" C'est le premier exode de ce genre à Alep-Est", contrôlé par les rebelles depuis plus de quatre ans, a commenté M. Abdel Rahmane. " L'aviation détruit tout méthodiquement, zone par zone ", a affirmé Yasser Al-Youssef, du bureau politique d'un des principaux groupes rebelles d'Alep, Noureddine al-Zinki. Quant aux Etats-Unis, ils sont paralysés dans l'attente de l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier.

Les civils d'Alep-Est vivent dans des conditions extrêmement difficiles, manquant de vivres et de médicaments, en raison du siège imposé depuis juillet par le régime et des bombardements incessants dénoncés par l'ONU.

Pendant des mois, le gouvernement syrien et la Russie ont appelé les rebelles à quitter Alep, leur offrant un passage en toute sécurité vers les autres zones rebelles dans la province d'Idlib (nord-ouest).

De violents combats se poursuivent dans le même temps dans le quartier stratégique de Sakhour, dont la prise permettrait à Damas de couper définitivement Alep-Est en deux, et dans celui de Haydariyé.

Pour le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, les "hommes armés devront se rendre. ou accepter la réconciliation nationale selon les termes fixés par l'Etat syrien". Les Kurdes, qui contrôlent une vaste zone dans le nord de la Syrie, ne sont théoriquement alliés ni de Damas ni des rebelles, mais ces derniers les accusent de coopérer avec le régime. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.