bi

François Fillon en tête des personnalités politiques — Sondage

Share
François Fillon en tête des personnalités politiques — Sondage

Manuel Valls ferait un meilleur candidat que François Hollande pour la gauche lors de l'élection présidentielle, que ce soient pour les Français dans leur ensemble ou pour les seuls sympathisants de gauche, selon un sondage Odoxa publié ce mercredi.

Alors que le Premier ministre laisse sous-entendre dans la presse qu'il songe à se porter candidat contre le président de la République à la primaire de la gauche (il a jusqu'au 15 décembre pour se déclarer officiellement), il semblerait qu'il représente bel et bien une alternative appréciée. Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls avait combattu le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à visage découvert. Un Premier ministre défiant le président, cela constituerait une première dans l'histoire de la Ve République. Rien depuis la parution dimanche dans le JDD de l'interview de Manuel Valls où il sous-entend qu'il pourrait se lancer dans la course de la primaire du PS, contre François Hollande. Selon l'Elysée, les deux hommes ont même déjeuné ensemble dans une ambiance "tout à fait cordiale et studieuse".

Un peu plus tard, en milieu d'après-midi, Matignon s'est décidé à tenter d'éteindre le début d'incendie au sommet de l'Etat.

Le Premier ministre actuel est plébiscité par les Français à 74% contre 26% pour le chef de l'Etat, par les sympathisants de gauche à 63% contre 34% et enfin par les sympathisants du Parti socialiste, à 65% contre 34%, selon cette enquête réalisée pour FranceInfo.

Jean-Marc Ayrault n'apprécie pas la crise de l'exécutif entre Manuel Valls et François Hollande. "Il ne peut y avoir de confrontation dans le cadre d'une primaire entre un président et un Premier ministre", a avancé le locataire de Matignon. Cette option avait été avancée notamment ce samedi par Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale.

Ulcéré par le livre de confidences "Un président ne devrait pas dire ça.", celui-ci avait jeté un pavé dans la mare en évoquant une double candidature de MM.

On a frôlé la crise diplomatique.

Ces déclarations ont alimenté la tension au sein d'une gauche déjà plombée par l'impopularité record de François Hollande et déchirée par des divergences idéologiques profondes - sur l'économie, l'Europe ou la laïcité. "Discussion oui, crise non", a-t-il ajouté.

"L'Etat est dirigé, l'Etat, quelles que soient les périodes doit être dirigé", a souligné M. Le Foll en affirmant que "le Conseil de Défense de ce matin a à ce titre permis de montrer l'implication totale de tous les ministres du gouvernement dans la conduite de la politique de la France". "A tout le moins, il peut considérer qu'il a gagné, la différenciation", résume un ministre proche de François Hollande dans Le Parisien.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.