bi

Fidel Castro : nouvelle cérémonie d'hommage avec les chefs d'Etat mardi soir

Share
Fidel Castro : nouvelle cérémonie d'hommage avec les chefs d'Etat mardi soir

La veille, le quotidien Granma avait marqué l'événement avec une édition dépourvue de sa traditionnelle encre rouge, comme ce fut le cas lors des décès du guérillero argentin Ernesto "Che" Guevara, proche de Fidel Castro, ou du président vénézuélien Hugo Chavez. L'urne funéraire du "Comandante", dont la dépouille a été incinérée samedi, est disposée devant le mémorial José Marti.

Même s'il reconnaît que Fidel Castro était un dictateur, Justin Trudeau se défend d'avoir cautionné les exactions qu'il a pu commettre envers les Cubains en lui rendant hommage à la suite de son décès.

"J'ai 60 ans, je n'ai connu que la révolution". Là-dessus, il ne peut y avoir aucune controverse.

Sur la même place de la Révolution, une grande cérémonie aura lieu à 19h00 heure locale (00h00 GMT), à laquelle la communauté diplomatique et les chefs d'Etat étrangers ont été conviés.

Au sein de la gauche latino-américaine, "Fidel" fascine, pour avoir "lancé une révolution armée triomphante", déclare Carlos Malamud, professeur à l'Institut Elcano de Madrid.

Le "dégel" historique des relations entre les Etats-Unis et Cuba depuis fin 2014 n'aura pas suffit. Le président français François Hollande sera représenté par la numéro trois du gouvernement, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, et par Jean-Pierre Bel, son envoyé personnel pour l'Amérique Latine et ancien président du Sénat.

Profitant de sa tribune au sommet de la Francophonie, à Madagascar, le week-end des 26 et 27 novembre, Justin Trudeau a qualifié l'ex-président cubain d'"ami de longue date du Canada'' et de sa famille".

Vingt et un canons donneront le coup d'envoi des commémorations lundi matin à 9 h, heure locale, avec des salves d'honneur tirées simultanément à La Havane et à Santiago, là où Castro a lancé sa révolution en 1953.

Des Cubains patientaient lundi soir pour rendre hommage à l'ancien leader.

Il listait aussi les progrès en matière d'éducation et de santé réalisés par Cuba sous sa direction et, tout en notant qu'il était une "figure controversée", mentionnait "son amour et son dévouement immenses envers le peuple cubain" et l'"affection profonde et durable" que ce dernier éprouvait "pour 'el Comandante'". "Vive Fidel pour toujours", crie cette femme.

"Il n'y aura personne d'autre comme lui", a confié à l'AFP Teresa Oqendo, 84 ans.

Pour la deuxième nuit consécutive, des Cubains de Miami ont célébré dans leur quartier de "little Havana" la mort de Fidel Castro, jusqu'à l'aube dimanche.

Mais ils ont déjà prévenu qu'ils reprendraient ensuite leur lutte contre le régime castriste, désormais incarné par le petit frère de Fidel, Raul, 85 ans, aux manettes depuis 2006. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.