bi

Exclusif : nouveau bureau politique des Républicains, Wauquiez évincé

Share
Exclusif : nouveau bureau politique des Républicains, Wauquiez évincé

Après 4,3 millions de participants au premier tour le 20 novembre, ce sont entre 4,2 et 4,6 millions d'électeurs qui se sont mobilisés pour départager François Fillon et Alain Juppé. Tout a commencé lundi pour François Fillon, plébiscité à la primaire de la droite.

"S'agissant du fonctionnement d'un mouvement politique, il est normal qu'il réponde aux attentes du candidat issu de la primaire", a justifié Jérôme Chartier, fidèle parmi les fidèles de François Fillon, à l'issue du bureau politique où le remaniement a été entériné.

Les divisions actuelles de la gauche française et surtout le passif du Parti Socialiste avec François Hollande à la tête de la République, pour ne pas parler de déficit en matière de popularité, vont faire en sorte que le PS devra absolument et rapidement faire son aggiornamento.

Un autre filloniste, le président du Sénat Gérard Larcher, présidera un nouveau " comité politique ", dont la création permet habilement de recycler les anciens candidats à la primaire et/ou leurs soutiens. Patrick Stéfanini, directeur de la campagne de M. Fillon pour la primaire, est nommé directeur général du parti, en remplacement du sarkozyste Frédéric Péchenard.

"François Fillon est le plus pragmatique des candidats en ce qui concerne la politique internationale", note l'agence officielle russe Ria-Novosti. Jean-François Lamour, également député filloniste, devient président de la commission nationale d'investiture. Il sera composé de Bruno Retailleau, Christian Jacob, mais aussi Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson. Au final, Laurent Wauquiez est donc plutôt bien servi. Il va donc se concentrer désormais sur la Région Auvergne-Rhône-Alpes, car François Fillon n'a pas l'air très décidé à lui confier des responsabilités durant la campagne présidentielle, ni après en cas de victoire.

Je tiens à saluer la prise de position claire de Nicolas Sarkozy dès le soir du premier tour.

Dans l'après-midi, l'ex-Premier ministre a été appelé au téléphone par Angela Merkel, la chancelière allemande, qui l'a "félicité pour sa victoire écrasante".

"Il est normal que l'organisation politique de LR puisse se mettre au diapason" du vainqueur de la primaire. L'arête du nez un peu endommagée, François Fillon a ensuite pris la parole et plaisanté sur l'incident: "Ce n'est pas Alain Juppé qui m'a blessé, mais les photographes", a-t-il assuré. Une clause censée garantir que l'équipe du candidat et sa formation politique tireront dans le même sens pendant la longue campagne qui s'annonce. Juste avant, dans la matinée, François Fillon se rendra aux réunions des groupes LR de l'Assemblée et du Sénat.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.