bi

Enquête sur le rôle de Français dans le génocide — Rwanda

Share
Enquête sur le rôle de Français dans le génocide — Rwanda

Le bureau du Procureur général précise que " l'enquête, pour l'instant, porte sur 20 personnes qui, selon les informations recueillies jusqu'à présent, sont tenues par l'autorité d'expliquer ou de clarifier les allégations formulées à leur encontre, afin de permettre aux autorités de voir si les officiers devraient être mis en accusation ou non ". "Au fur et à mesure que les enquêtes se poursuivent, d'autres agents et/ou fonctionnaires français pourraient être appelés à assister l'Organe de poursuite dans le même sens", poursuit-il.

Veuillez vous connecter pour lire l'intégralité.

Cette décision de la justice rwandaise devrait affecter les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda.

Le ministre avait insisté sur le fait qu'"affirmer que l'armée française [avait] pris part au génocide [était] un mensonge indigne".

La CNLG, une commission mis en place par les autorités du pays avait indiqué dernièrement que la récente décision française de relancer l'enquête sur l'attentat contre l'avion de Habyarimana le 6 avril 1994, " vise à camoufler " la responsabilité de l'armée française dans le génocide et dresse une liste de 22 officiers supérieurs français qu'elle accuse de complicité mais aussi de participation aux massacres.

En 2006, Kigali avait temporairement rompu ses relations avec la France quand le juge Jean-Louis Bruguière avait réclamé que le président rwandais, Paul Kagame, ancien chef de la guérilla tutsi, soit jugé pour son rôle dans la mort d'Habyarimana.

La tension entre les deux pays a notamment pour origine le rôle de la France, qui était alliée du régime hutu de Juvénal Habyarimana, avant le génocide.

L'attentat contre l'avion présidentiel, au cours duquel fut tué le président hutu, est considéré comme l'événement déclencheur du génocide, qui a duré cent jours et était parfaitement préparé. Au moment du génocide, la France a été accusée d'avoir utilisé ses moyens diplomatiques pour bloquer toute action.

Paris a maintes fois répondu que le déploiement de ses soldats a fait cesser les assassinats et a permis de sauver des milliers de vies humaines. Elle accuse le régime du président rwandais Paul Kagame de soulever cette question pour détourner l'attention du non-respect des droits de l'homme au Rwanda.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.