bi

EN IMAGES. Le nouvel organigramme du parti Les Républicains

Share
EN IMAGES. Le nouvel organigramme du parti Les Républicains

Ce mardi encore devant les sénateurs LR et centristes, François Fillon a estimé, en comparant sa situation à celle de la gauche, qu'il vaut "mieux partir en départ lancé " que d'avoir un candidat auquel on s'accroche pour "empêcher la voiture de démarrer".

Compte tenu des divisions et de l'impopularité de la gauche au pouvoir, il devrait, selon tous les sondages, remporter la présidentielle à l'issue d'un second tour face à la cheffe de l'extrême droite Marine Le Pen. Il est par ailleurs bien encadré par des proches du député du Paris au sein du parti. Outre Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson, ex-candidats à la primaire, intègrent le comité politique. Toutes les tendances sont représentées: Virginie Calmels pour Alain Juppé, François Baroin pour Nicolas Sarkozy et Thierry Solère pour Bruno Le Maire. François Fillon allait-il donc conserver le sarkozyste Laurent Wauquiez à la direction du parti? L'ancien président Jacques Chirac nourrissait envers lui de grands espoirs de "succession ".

François Fillon, qui prépare aussi son équipe de campagne, peut repartir sur le terrain.

Si chaque candidat a obtenu un voire deux strapontins à la table des Républicains, l'essentiel c'est que tout le monde reste à sa place.

Remaniement à la tête des Républicains. Absent de toutes les tablettes qui, ne voyaient que Juppé et Sarkozy. La première place a été remportée par François Fillon, pourtant à la traîne dans les sondages dix jours seulement avant le vote.

"Le programme Fillon c'est 'too much', le pays n'en a pas besoin, pas besoin d'à la fois travailler plus et sabrer dans la protection sociale", ajoute cet élu, pour qui le positionnement libéral de François Fillon est une aubaine pour le Front national.

En 2004, il devient le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Durant le mandat du président Jacques Chirac, il enchaîne les ministères.

Il a tout fait pour conserver son poste. "Et il ne préemptera pas le parti à son profit", souffle un juppéiste.

Après la droite, le centre: maintenant qu'il a repris le parti à sa main, le candidat à la présidentielle tâchera de souder les centristes autour de lui pour éviter autant que possible une multiplication des candidatures.

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.