bi

Amnesty International dénonce le travail des enfants — Indonésie

Share
Amnesty International dénonce le travail des enfants — Indonésie

Pour établir son rapport intitulé "le grand scandale de l'huile de palme: des abus en matière de travail derrière des grandes marques", l'ONG indique s'être entretenue avec 120 travailleurs employés dans des plantations de palmiers à huile appartenant à deux filiales de Wilmar, et trois fournisseurs de cette société à Kalimantan et Sumatra, deux régions d'Indonésie qui produisent de grandes quantités de cette huile végétale. De nombreuses atteintes aux droits humains ont été constatés dans ces plantations, notamment le travail d'enfants âgés de 8 ans pour les plus jeunes, qui sont parfois contraints d'abandonner l'école.

Dans un rapport publié mercredi, Amnesty International dénonce de multiples infractions concernant la production d'huile de palme en Indonésie.

L'entreprise agroalimentaire singapourienne, premier producteur mondial d'huile de palme, approvisionne plusieurs multinationales.

Au moins neuf multinationales seraient impliquées: Nestlé, Unilever, Kellogg's, Colgate-Palmolive, Elevance, AFAMSA, ADM, Procter & Gamble, Reckitt Benckiser, d'après Amnesty International.

"Les grands groupes comme Colgate, Nestlé et Unilever assurent aux consommateurs et consommatrices que leurs produits emploient de l " huile de palme durable' [.], mais il n'il n'y a rien de durable dans une huile de palme produite à l'aide du travail des enfants et du travail forcé", poursuit l'association.

Des femmes y travaillent aussi dans des conditions déplorables. Mais aussi des salaires réduits jusqu'à 2,5 euros, si les ouvriers refusent de travailler plus longtemps que prévu.

Des ouvriers devant travailler de longues heures pour atteindre des objectifs ridiculement élevés, dont certains impliquent des tâches très difficiles physiquement, comme l'utilisation de lourds outils manuels pour couper des fruits sur des arbres de 20 mètres de haut. "Nous travaillons en étroite collaboration avec l'entreprise pour améliorer la traçabilité". Parmi les sociétés concernées, toutes sont bien connues du grand public: Nestlé et Colgate donc mais aussi Magnum, Dove ou encore Ariel.

"Il n'est pas normal que neuf sociétés réalisant ensemble un chiffre d'affaires de 325 milliards de dollars en 2015 soient incapables d'agir face au traitement épouvantable d'ouvriers de l'huile de palme qui gagnent une misère", insiste Meghna Abraham, directrice de recherches à Amnesty International, auprès de "l'Obs".

Pour cette experte de la responsabilité des entreprises en matière de droits humain, ces multinationales doivent urgemment "préciser la provenance des matières premières des produits vendus dans nos supermarchés".

Share

Publicité


© 2015 Infos Benin Monde. Tous droits réservés.